Morehei UESHIBA
(1883-1969)










L'Aïkido

Présentation de l'Aïkido

L'Aïkido est une discipline martiale exempte de compétition. Elle peut être pratiquée par tous : hommes et femmes, jeunes et moins jeunes ; chacun évoluant en fonction de ses capacités et de son implication personnelle.

La pratique comprend des techniques à mains nues, au bâton, au sabre de bois. Les mouvements, efficaces, effectués sans agressivité et sans heurts, s'harmonisent avec l'attaque de l'agresseur qu'ils visent à contrôler plutôt qu'à détruire. L'exercice de l'Aïkido développe la rapidité, la souplesse et améliore la santé.

Au fur et à mesure, les techniques et votre corps vous permettent d'explorer des facettes de votre personnalité que vous ne connaissez pas ou que vous avez oubliées.
L'Aïkido est un travail de remise en question, de reconstruction : c'est un travail sur soi qui permet de mieux se connaître et d'appréhender la vie d'une nouvelle façon.


Biographie du fondateur

Morihei Ueshiba consacra toute sa vie à l'étude et à la pratique des arts martiaux. Faisant un véritable pélerinage à travers le monde des arts martiaux traditionnels japonais, il étudia, depuis sa jeunesse le ju-jutsu, le ken-jutsu, l'aiki-jutsu. Pendant la guerre russo-japonaise en 1905, Morihei Ueshiba, soldat sur le front de Mandchourie, eut l'occasion d'y étudier les différentes méthodes de combat locales et se perfectionna aussi dans la pratique de la baïonnette (juken-jutsu).

De toutes ces Bu-Jutsu, qu'il étudia jusqu'à la maîtrise, M. Ueshiba en a sorti les aspects les plus marquants et les a transposés dans sa propre méthode. Ainsi, du ju-jutsu il a retenu le principe de la souplesse «ju» ; du ken-jutsu l'art du déplacement et de l'esquive, ainsi que les mouvements des mains ; du so-jutsu le principe du débordement «irimi». La source la plus importante de son aïkido est assurément l'aiki-jutsu de l'école Daito, duquel M. Ueshiba a retenu, à coté d'un grand nombre de techniques basées sur le principe de l'utilisation rationnelle du corps humain, surtout le concept réfléchi de l'«aiki» (l'harmonie des énergies).

La dimension spirituelle tout à fait particulière de l'aïkido trouve ses origines dans les recherches religieuses et philosophiques (Shinto, Bouddhisme Zen, Koto-tama, Omoto-kyo, etc.) de Morihei Ueshiba. Profondément imprégné par la nouvelle école religieuse Omoto-Kyo dont le but était l'unification du monde sous le signe de l'amour du prochain, M. Ueshiba a décidé d'humaniser les anciennes méthodes et techniques guerrières héritées de l'aiki-jutsu. Au printemps de l'année 1925, à la suite d'une expérience mystique personnelle, l'aïkido : source d'amour, d'harmonie, de paix et de vie est né.
Un saut particulier s'opère de l'aiki-jutsu, dont le but était de détruire l'adversaire, à l'aïkido dont le principe moral est la non-violence.

Si au début Morihei Ueshiba n'enseignait sa méthode qu'à une «élite» (soit par la position sociale, soit par le niveau dans d'autres Budo), dès 1948, année où la fondation AIKIKAI est reconnue par le gouvernement japonais comme école d'intérêt public, l'aïkido devient ouvert au grand public. Depuis les années 1950, l'aïkido se développe de plus en plus, au Japon d'abord, puis en dehors de ses frontières, étant reconnu et pratiqué dans le monde entier.